Home L'histoire blucerchiata en bref
L'Histoire blucerchiata en bref Imprimer Envoyer

1946-1951
Le 12 août 1946 nait officiellement l’Unione Calcio Sampdoria. Le club est le fruit de la fusion entre deux clubs de la ville, la biancorossonera Ginnastica Comunale Sampierdarenese (fondée en 1891) et la biancoblu Ginnastica Andrea Doria (fondée en 1895), et va participer directement à la Serie A 1946/47. La nouvelle équipe au maillot blucerchiato qui enthousiasme attire dés le début de la sympathie de la part des suiveurs et son jeu offensif est également un élément qui n’est pas pour déplaire aux fans de foot. Giuseppe ‘’Pinella’’ Baldini et Adriano ‘’Nano’’ Bassetto forment le duo offensif appelé alors ‘’i gemelli del gol’’ (la Samp compte alors une ligne offensive de premier ordre nommée ''l'attacco atomico''): technique au-dessus de la moyenne, bonne complémentarité, buts en rafales, ils permettent à la Samp d’atteindre des classements dignes avec en point d’orgue la cinquième place du championnat 1948/49. A noter six victoires blucerchiate contre une seule rossoblù dans le Derby della Lanterna durant cette période (en dix rencontres).

Photo de ‘’L’attacco Atomico’’ avec, de gauche à droite, Edmondo Fabbri, Adriano Bassetto, Giuseppe Baldini, Gustavo Fiorini et Fabio Frugali.

 


1951-1956
Malgré la perte de ses premiers buteurs historiques (Adriano Bassetto restera d’ailleurs le meilleur buteur du club avec quatre-vingt-treize buts jusqu’en 1993/94, record battu dans un premier temps par Roberto Mancini), la Samp se maintient en Serie A sans de souffrances particulières ni de faits d’armes extraordinaires. La dimension du club de milieu/bas de classement change à partir de 1953 lorsqu’Alberto Ravano, dit ‘’il Comandante’’, prend la place d’Aldo Parodi en tant que président du club. Celui-ci a de l’ambition et recrute des joueurs importants de l’Histoire du club : le stoppeur Gaudenzio Bernasconi, l’ailier Mario Tortul et l’attaquant Edwing Firmani ; des recrues qui donneront de l’enthousiasme à une tifoseria sans cesse plus grande. Sur cette période, le Derby della Lanterna offrira une victoire pour chacune des deux équipes (et quatre matches nuls).

La Sampdoria 1955/56 : Debouts Arrigoni, Agostinelli, Firmani, Mari, Chiappin, Tortul. Accroupis, Farina, Pin, Bernasconi, Conti et Ronzon.
 

 

1956-1961
Le club devient un membre du top 10 (à part en 1957/58, 12ème) et les bons transferts de Ravano se poursuivent : le milieu Ernst Ocwirk, capitaine de l’Autriche, en 1956, l’ailier gauche argentin Ernesto ‘’Tito’’ Cucchiaroni en 1958, l’attaquant suédois Lennart Skoglund en 1959 et le buteur de Padova, Sergio Brighenti. Ce recrutement intelligent permet au club de réaliser une performance historique en 1960/61 lorsque les blucerchiati finissent quatrièmes de Serie A, seulement devancés par la Juventus et les deux clubs milanais. Sergio Brighenti, avec vingt-huit réalisations, est le capocannoniere du championnat. Durant ces cinq saisons, la Sampdoria remporte cinq Derby della Lanterna (trois matches nuls et deux défaites).

En maillot blanc, Brighenti, sous les yeux de Skoglund et Cucchiaroni vient d’inscrire un but décisif à Catania ; en fin de saison, la Samp finit quatrième de la Serie A 1960/61.
 

 

1961-1966
En 1961, Alberto Ravano quitte de façon inattendue la présidence du club et Glauco Lolli Ghetti, son successeur, ne réussit pas à maintenir la Samp à son nouveau standard et ses promesses de Scudetto sont loin, très loin de devenir réalité. En juin 1964, les blucerchiati se sauvent aux barrages face à Modena (victoire 2-0) mais la première descente du club en Serie B n’est que partie remise puisque deux ans plus tard, le club est relégué en seconde division. La Samp criera à l’injustice après un penalty flagrant non sifflé par l’arbitre, certains se poseront alors des questions sur un possible trucage du championnat. Durant cette période, la Samp remporte deux Derby della Lanterna et en perd quatre.

1966 : Le penalty oublié sur Cristin…une relégation difficile à avaler pour les blucerchiati…
 

 

1966-1971
Arnaldo Salatti, nouveau président de la Samp, fait appel à l’ex star Giuseppe ‘’Pinella’’ Baldini afin d’être l’entraineur adjoint de Fulvio Bernardini. Ensuite, il recrute des joueurs importants comme Fulvio Francesconi et Roberto Vieri (le père de Christian !) et après une année seulement, le club rejoint la Serie A en tant que Champion de Serie B. Durant les années suivantes, le club changera à nouveau de président et cultivera surtout son image de club sympathique à travers la Botte. Malgré des ventes importantes, le club continue de recruter des joueurs de calibre certain comme Giovanni Lodetti ou Luis Suarez. La Samp peut aussi compter sur deux jeunes joueurs qui explosent : l’avant-centre Ermanno Cristin et un certain libéro du nom de Marcello Lippi. Les performances, sans être extraordinaires (des maintiens souvent arrachés à la dernière journée), permettent aux blucerchiati de demeurer en Serie A. Sur cette période, deux nuls et deux victoires blucerchiate et une défaite lors du Derby della Lanterna.

1967/67. L’équipe du dernier match pour la remontée en Serie A.
 

 

1971-1976
L’objectif du club, durant ces quelques années, ne sera rien d’autre que celui du maintien. Mission accomplie, non sans mal, parfois même par chance comme lors de la saison 1973/74. Cette année là, les blucerchiati auraient dû être relégués en Serie B mais une combine entre Foggia et l’Hellas Verona permit à la Samp d’être repêchée. L’année précédente, le club avait déjà eu chaud en se sauvant lors de la dernière journée grâce à un succès à l’extérieur face au Torino. Une victoire blucerchiata et trois matches nuls dans le Derby della Lanterna au cours de ces cinq années.

L’équipe de la Samp version 1975/76, des années difficiles pour les blucerchiati
 

 

1976-1981
L’absence d’investissements ajouté à la vente des meilleurs éléments a une conséquence évidente : le club descend en Serie B au terme du championnat 1976/77. La Samp, qui vit alors la période la plus difficile de son histoire avec des changements récurrents au sein de sa direction, se morfond en Serie B. En 1979, ‘’l’ex roi du pétrole’’ Paolo Mantovani rachète le club et promet de le ramener en Serie A avant de lui faire remporter le Scudetto. La presse et les tifosi des clubs italiens peuvent sourire… En 1980, Mantovani met en place les éléments pour faire de la Samp un club qui compte en inaugurant un centre d’entrainement entièrement dédié au club, le centre sportif ‘’Gloriano Mugnaini’’. Trois victoires sampdoriane, quatre matches nuls et deux défaites dans le Derby della Lanterna.

Cette période est marquée par l’arrivée de Paolo Mantovani à la tête du club blucerchiato.
 

 

1981-1986
Après cinq longues saisons de purgatoire, la Samp retrouve enfin la Serie A au terme du championnat 1981/82. Trois ans plus tard, les blucerchiati remportent le premier trophée national de leur Histoire, la Coppa Italia 1984/85. De nombreux joueurs importants rejoignent les blucerchiati durant cette période, qu’ils soient reconnus ou à l’orée d’une grande carrière : Luca Pellegrini, Roberto Mancini, Trevor Francis, Liam Brady, Ivano Bordon, Pietro Vierchowod, Gianluca Vialli, Fausto Salsano, Moreno Mannini ou encore Graeme Souness. Un mix intelligent entre les joueurs expérimentés et les jeunes espoirs, un effectif de qualité qui permet aux blucerchiati d’obtenir leurs meilleurs résultats en championnat : 7èmes en 1982/83, 6èmes en 1983/84 et 4èmes en 1984/85. Une victoire doriana et trois nuls dans le Derby au cours de cette période.

Le premier trophée national du club, la Coppa Italia 1984/85 remportée face à l'AC Milan
 

 

1986-1991
La Sampdoria continue de grandir, devenant une grande d’Europe et poursuivant l’enrichissement de son effectif : Vujadin Boskov sur le banc, Toninho Cerezo et Attilio Lombardo au milieu et Gianluca Pagliuca dans les buts. La Samp ajoute alors quelques lignes à son palmarès : Coppa Italia (1987/88, 1988/89), Coupe des Vainqueurs de Coupes 1990 (finaliste lors de l’édition précédente). Les blucerchiati sont devenus des grands d’Europe, ils ne leur restent qu’à remporter le Scudetto, c’est chose faite lors de l'historique saison 1990/91. Gianluca Vialli remporte même le titre de capocannoniere avec dix-neuf buts inscrits. Ne manque que le doublé, manqué de peu, la Samp s’inclinant en finale de la Coppa Italia face à l'AS Roma. Paolo Mantovani avait promis le Scudetto à la Samp lors de son arrivée en 1979, ceux qui s’étaient moqués de lui doivent se sentir bien stupides… Deux victoires, deux matches nuls et une défaite dans le Derby della Lanterna sur cette période.

Les années Vialli/Mancini, les ‘’Gemelli del Gol’’
 

 

1991-1996
La saison suivante, en 1991/92, les blucerchiati touchent les étoiles du bout des doigts, malheureusement, durant les prolongations de la finale, une décision arbitrale injuste associée à un coup de patte magistral de Ronald Koeman permettent au Barça de remporter sa première Champions League au détriment de la Sampdoria. Un rêve qui tourne au cauchemar et également, la fin d’un cycle. Des joueurs importants comme Vialli, Pari ou Cerezo quittent le club, Boskov également, la Samp est sur la pente descendante malgré une troisième place et une quatrième Coppe Italia (en 1993/94). 1993, c’est surtout le décès de Paolo Mantovani, le 14 octobre, une vraie douleur pour tous les tifosi blucerchiati, et les amoureux du sport dans son ensemble. Deux victoires blucerchiate, une rossoblù et cinq matches nuls dans le Derby sur cette période.

L’anglais David Platt aux côtés du hollandais Ruud Gullit.
 

 

1996-2001
La gestion d’Enrico Mantovani, président blucerchiato, riche en investissements, est surtout confuse, la vision de la direction du club ne semblant être qu’à court terme. Malgré des joueurs importants comme Sinisa Mihajlovic, Ariel Ortega, Clarence Seedorf, Christian Karembeu, Vincenzo Montella ou encore Juan Sebastián Verón la Sampdoria a du mal à se maintenir au niveau qu’elle avait atteint sous la direction du père Mantovani. En fin de saison 1996/97, malgré le ‘’titre’’ de meilleure attaque de Serie A des blucerchiati, Roberto Mancini quitte la Samp en conflits avec Enrico Mantovani, un départ qui va déchirer les rapports entre une partie des tifosi et les dirigeants tout en entraînant une baisse de niveau du club. Deux ans plus tard, contre toute attente, et au terme d’une saison noire, la Sampdoria est reléguée en Serie B. Une descente d’autant plus douloureuse qu’elle survient à la dernière minute de la dernière journée, sur un penalty accordé aux rossoblù de Bologna, un penalty imaginaire comme le diront les journalistes de la Gazzetta dello Sport le lendemain. Durant les deux saisons suivantes, le club échoue dans sa quête de la Serie A. Une victoire, deux nuls et trois défaites dans le Derby durant ces cinq années.

Une des dernières grandes Sampdoria des années 90…
 

 

2001-2006
En crise financière durant l’été 2001, c’est seulement la vente de Simone Vergassola qui permet à la Sampdoria d’être autorisée à participer à la nouvelle saison de Serie B. Longuement en pleine lutte afin de ne pas tomber en Serie C1, les blucerchiati se sauvent non sans mal. Un autre sauveur est venu à son chevet : en février 2002, Riccardo Garrone, sponsor du club via sa marque pétrolière ERG durant les années dorées Paolo Mantovani, rachète le club et éponge les dettes. Une nouvelle Samp prend place et, dés sa première saison complète en tant que président, il voit les blucerchiati retrouver la Serie A. Les sampdoriani réussissent deux belles premières saisons en Serie A et gagnent le droit de retrouver la joie des compétitions européennes. Trois victoires blucerchiate, une rossoblù et un nul dans le Derby della Lanterna.

Francesco Flachi, un joueur qui aura su s’attirer l’amour des tifosi doriani.
 

 

2006-2011
Après quelques années passées à consolider la place de la Samp en Serie A et à mettre en œuvre une politique de formation et remettre le club sur de bonnes bases, Garrone attire les premiers grands noms du club depuis la fin de l’ère Mantovani : Vincenzo Montella, Antonio Cassano, Giampaolo Pazzini. Ces années sont synonymes d’une vraie montée en puissance du club, d’un intérêt croissant des médias pour la Samp grâce à la présence de Cassano et aux performances du club : Finaliste de la Coppa Italia 2008/09 et quatrième place du championnat 2009/2010. Alors que la saison 2010/2011 promet d’être celle du retour du club parmi les ténors du Calcio, tout semble se liguer contre les blucerchiati : élimination au tour préliminaire de la Champions League lors des dernières secondes de la rencontre, exclusion de Cassano, vente de Pazzini et quatrième relégation de l’Histoire du club en Serie B au terme d’un exercice qui laissera de gros regrets à tous les amoureux du club. Deux victoires doriane, un match nul et cinq succès rossoblù dans le Derby sur cette période.

Le renouveau de la Samp sous la gestion de Riccardo Garrone: Les années Cassano/Pazzini/Palombo

 

 


1000 volte Sampdoria – Nino Gotta (De Ferrari Editore);
Genova Calcio – AA.VV. (De Ferrari Editore);
Il derby delle parole – Pino Flamigni (Erga edizioni);
Io, Mancini – Piero Sessarego (Alkaest)
Sampdoria ieri, oggi, domani - Piero Sessarego (NEP)
Bandiere blucerchiate - Maurizio Puppo (Fratelli Frilli Editore)

 


Giuseppe “Pinella” Baldini (joueur et entraîneur), Adriano “Nano'' Bassetto (joueur et entraîneur), Pietro Battara (joueur et entraîneur des gardiens), Fulvio Bernardini (entraîneur), Gaudenzio Bernasconi, Eugenio Bersellini (joueur et entraîneur), Vujadin Boskov (joueur et entraîneur), Bruno Gramaglia, William “Liam” Brady, Hans Peter Briegel, Toninho Cerezo, Enrico Chiesa, Alviero Chiorri, Ernesto “Tito” Cucchiaroni, Sven Goran Erikson (entraîneur), Edmondo “Topolino” Fabbri, Edwig “Eddie” Firmani, Trevor Francis, Maurizio Ganz, Ruud Gullit, Heriberto Herrera (entraîneur), Vladimir Jugovic, Srecko Katanec, Jurgen Klinsmann, Marcello Lippi (joueur et entraîneur des jeunes), Attilio Lombardo (joueur et entraîneur des jeunes), Roberto Mancini, Cesar Luis Menotti (entraîneur), Sinisa Mihajlovic, Sergey Mikhalitchenko, Sergio Brighenti, Vincenzo Montella, Francesco Morini, Ernst “Ossi” Ockwirk (joueur et entraîneur), Ariel Ortega, Gianluca Pagliuca, Luca Pellegrini, David Platt (joueur et entraîneur), Matteo “Gipo” Poggi (joueur et entraîneur), Fausto Salsano, Clarence Seedorf, Lennart “Nacka” Skoglund, Graeme Souness, Giuseppe Moro, Luisito Suarez, Juan Sebastian Veron, Gianluca Vialli, Azeglio Vicini, Pietro Vierchowod, Roberto “Bobo” Vieri, Guido Vincenzi (joueur et entraîneur), Walter Zenga, Antonio Cassano, Giampaolo Pazzini, Angelo Palombo…et les français Alain Boghossian, Christian Karembeu et Pierre Laigle.

 


1. Piero Sanguineti
2. Amedeo Rissotto
3. Aldo Parodi
4. Alberto Ravano
5. Glauco Lolli Ghetti
6. Enrico De Franceschini
7. Arnaldo Salatti
8. Mario Colantuoni
9. Giulio Rolandi
10. Glauco Lolli Ghetti
11. Edmondo Costa
12. Paolo Mantovani
13. Enrico Mantovani
14. Enzo Garufi
15. Pietro Sgarlata
16. Riccardo Garrone
17. Edoardo Garrone
18. Massimo Ferrero

 


1946/47 - Giuseppe Galluzzi
1947/50 - Adolfo Baloncieri
1950/51 - Giuseppe Galluzzi remplacé par Matteo Poggi et Alfredo Foni
1951/52 - Alfredo Foni
1952/53 - Matteo Poggi remplacé par Ivo Fiorentini
1953/54 - Paolo Tabanelli
1954/55 - Paolo Tabanelli poi associé à Lajos Czeizler
1955/56 - Lajos Czeizler
1956/57 - Lajos Czeizler remplacé par Rava, remplacé par Ugo Amoretti, remplacé par William Dodgin
1957/58 - William Dodgin remplacé par Adolfo Baloncieri
1958/61 - Eraldo Monzeglio
1961/62 - Eraldo Monzeglio remplacé par Roberto Lerici
1962/63 - Roberto Lerici remplacé par Ernst Ocwirk
1963/64 - Ernst Ocwirk
1964/65 - Ernst Ocwirk remplacé par Giuseppe Baldini
1965/66 - Giuseppe Baldini puis associé à Fulvio Bernardini
1966/71 - Fulvio Bernardini
1971/73 - Heriberto Herrera
1973/74 - Guido Vincenzi
1974/75 - Giulio Corsini
1975/77 - Eugenio Bersellini
1977/78 - Giorgio Canali
1978/79 - Giorgio Canali remplacé par Lamberto Giorgis
1979/80 - Lamberto Giorgis puis Lauro Toneatto
1980/81 - Enzo Riccomini
1981/82 - Enzo Riccomini remplacé par Renzo Ulivieri
1982/84 - Renzo Ulivieri
1984/86 - Eugenio Bersellini
1986/92 - Vujadin Boskov
1992/97 - Sven Goran Eriksson
1997/98 - Luis Cesar Menotti remplacé par Vujadin Boskov
1998/99 - Luciano Spalletti remplacé par le duo David Platt - Giorgio Veneri, remplacés par Luciano Spalletti
1999/00 - Giampiero Ventura
2000/01 - Luigi Cagni
2001/02 - Luigi Cagni remplacé parGianfranco Bellotto
2002/07 - Walter Novellino
2007/09 - Walter Mazzarri
2009/10 - Luigi Del Neri
2010/11 - Domenico Di Carlo remplacé par Alberto Cavasin
2011/12 - Gianluca Atzori remplacé par Giuseppe Iachini
2012/13 - Ciro Ferrara remplacé par Delio Rossi
2013/14 - Delio Rossi remplacé par Sinisa Mihajlovic
2014/15 - Sinisa Mihajlovic
2015/16 - Walter Zenga remplacé par Vincenzo Montella
2016/Aujourd'hui - Marco Giampaolo

 

Nombre de Matches Noms
566 MANCINI Roberto
493 VIERCHOWOD Pietro
458 PALOMBO Angelo
417 MANNINI Moreno
362 BERNASCONI Gaudenzio
362 PELLEGRINI Luca
360 VINCENZI Guido
327 SALVI Giancarlo
321 VIALLI Gianluca
306 LOMBARDO Attilio
290 PARI Fausto
287 PAGLIUCA Gianluca
277 SALSANO Fausto
276 FLACHI Francesco
272 LIPPI Marcello
259 GASTALDELLO Daniele
255 DELFINO Giovanni
243 BATTARA Piero
214 VOLPI Sergio
196 BASSETTO Adriano
186 BALDINI Giuseppe
184 INVERNIZZI Giovanni

 

Nombre de Buts Noms  
173 MANCINI Roberto  
141 VIALLI Gianluca  
109 FLACHI Francesco  
93 BASSETTO Adriano  
73 BALDINI Giuseppe  
66 MONTELLA Vincenzo  
55 SALVI Giancarlo  
54 LOMBARDO Attilio  
53 FIRMANI Edwing  
50 BRIGHENTI Sergio  
49 EDER Citadin  
49 PAZZINI Giampaolo  
44 GEI Renato  
43 TORTUL Mario  
43 CASSANO Antonio  
41 CONTI Oliviero  
40 CUCCHIARONI Ernesto  
39 VIERCHOWOD Pietro  
39 OCWIRK Ernst  
38 LOMBARDO Attilio  
33 BAZZANI Fabio  
32 POZZI Nicola  

 
voir aussi...
Vos dernières réactions
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2