Home
Il était une fois…Guido Vincenzi Imprimer Envoyer
Dimanche, 23 Février 2014 16:59

Il était une fois…Guido Vincenzi

1958-1969 : 297 matches / 7 buts

Guido Vincenzi (né le 14/07/1932 à Quistello, décédé le 14/08/1997 à Milan) était un footballeur italien évoluant au poste de défenseur avant d’entamer une carrière d’entraîneur. Joueur blucerchiato durant plus d’une décennie, il fait partie des sept footballeurs ayant le plus défendu les couleurs de la Sampdoria en matches officiels.

Formé à la Reggiana, le colosse de l’arrière garde reste durant trois saisons au sein du club granata. Ses bonnes performances individuelles n’empêchent pas le club de passer en trois ans de la Serie B à la Serie D. A 23 ans, il est cependant recruté par l’Inter durant l’été 1953. Parti comme remplaçant, il gagne rapidement ses galons de titulaire et remporte la Serie A dés sa première saison parmi l’élite. Il demeure un élément important de la défense nerazzurra durant cinq saisons, marquant même un penalty décisif lors du derby face au Milan le 06/10/1957, jusqu’à son départ pour la Sampdoria durant l’été 1958.

Guido lors de ses débuts à la Reggiana (4ème debout) puis lors de la saison 1954/55, post Scudetto

En effet, l’Inter souhaite recruter l’attaquant blucerchiato Firmani et la Samp, en plus d’une forte somme d’argent, fait insérer Vincenzi dans la transaction (celui-ci, à 26 ans, est alors considéré comme fini par les dirigeants nerazzurri). Il ne le sait pas encore, mais Guido va demeurer dans la Genova Blucerchiata durant onze saisons, devenant un pion essentiel de la formation génoise jusqu’à sa retraite, à 37 ans.

Vincenzi, un élément essentiel de la colonne vertébrale de la Samp des années 50/60. On le retrouve avec Brighenti lors d'un moment de détente

Vincenzi, à la fin de sa carrière, était le vrai pilier du club, celui sur qui reposait toute l'assise défensive de l'équipe. L'âme du club.

Après quelques années de break, une fois son diplôme d’entraîneur obtenu, Vincenzi revient à Gênes lors de la saison 1973/74, une saison achevée à la treizième place, premier club non relégable. L’année suivante, il reste à Gênes mais passe chez l’ennemi, le Genoa, en Serie B, mais les performances du club, décevantes, mènent à son renvoi au profit de Gigi Simoni. Sa carrière de ‘’Mister’’ le conduira sur les bancs de Casale, la Cremonese ou encore Fano. Son meilleur résultat sera une promotion en Serie B lorsqu’il entraînait la Cremonese en 1980/81. A noter qu’il lança alors un jeune joueur dans le grand bain du football professionnel, un certain Luca Vialli…

Vincenzi lors de sa saison sur le banc blucerchiato en 1973/74, ici aux côtés de Giancarlo Salvi

Guido Vincenzi a par ailleurs connu trois sélections en Nazionale, la première en avril 1954 lors d’une rencontre face à la France (victoire 3-1 de l’Italie). Il fera partie du groupe italien lors du Mondial 1954 en Suisse…et paya comme tant d’autres jeunes les résultats médiocres de la sélection, ne jouant plus en Nazionale jusqu’à son ultime apparition en janvier 1958 lors d’une défaite en Irlande du Nord lors du match décisif pour la qualification pour le Mondial 58, une rencontre tactiquement perdue d’avance par le sélectionneur Alfredo Foni).

Guido Vincenzi connaîtra des soucis de santé dés 1993 avant de voir les premiers symptômes de la SLA (sclérose latérale amyotrophique, également appelée maladie de Charcot) apparaître en 1996. Guido perd ce dernier match face à la maladie et meurt prématurément à soixante-quatre ans, huit mois à peine après le début de la maladie, le 14/08/1997. La maladie, rare mais féroce et implacable, le frappa et eut raison de lui en peu de temps. Son décès, associé à ceux de Tito Cucchiaroni, Ernst Ocwirk, Enzo Matteucci et Francisco Lojacono, tous morts prématurément, met le doute quant à l’usage de produits dopants ou alors à la surmédicalisation présente alors dans le Calcio et donc à la Sampdoria ( http://archiviostorico.corriere.it/2003/marzo/27/Samp_morti_sospette_co_0_030327111.shtml ).

Guido Vincenzi était un très bon latéral droit de formation, un latéral qui finira même sa carrière en tant que libero à la Sampdoria. Son gabarit imposant et sa hargne, le fait de ne jamais lâcher ses adversaires, faisaient de lui un défenseur redoutable. Guido semblait fait de pierre mais la maladie eut malheureusement raison de lui. Il fait partie encore aujourd’hui des joueurs inoubliables de l’Histoire du club blucerchiato, l’un de ses joueurs fidèles, une vraie ‘’bandiera’’ du club, un exemple pour ses équipiers sur et en-dehors du terrain.

Lors d'un derby della Lanterna sur la gauche, et à la lutte avec Bernasconi contre le Milan d'Altafini en 1958 sur la droite
 

Mise à jour le Samedi, 31 Janvier 2015 22:09
 
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2