Home
Il était une fois...Gaudenzio Bernasconi Imprimer Envoyer
Jeudi, 07 Novembre 2013 21:01

Il était une fois...Gaudenzio Bernasconi

1954-1965 : 334 matches

Gaudenzio Bernasconi (né le 08/08/1932 à Ponte San Pietro) est un ancien footballeur italien évoluant au poste de milieu de terrain. Il est l’une des plus grandes ‘’bandiere’’ de l’histoire de la Sampdoria, lui qui aura attendu le passage de Roberto Mancini à Gênes pour voir son record de présences sous le maillot blucerchiato (365 dont 133 consécutives) être battu. Il est à l’heure actuelle le septième joueur en terme de présences avec la Sampdoria derrière Roberto Mancini, Moreno Mannini, Pietro Vierchowod, Fausto Pari, Fausto Salsano et Angelo Palombo. Son poste de ‘’centromediano’’ de l’époque en ferait l’équivalant d’un stopper ou libero aujourd’hui, clé de voute de l’équipe, un peu le Pietro Vierchowod de la Samp des années 50/60.

Formé à Vita Nova, il y fait ses débuts en Serie C à dix-sept ans et restera jusqu’à l’été 1953 lorsque ses bonnes performances lui permettent de rejoindre l’Atalanta, en Serie A. Âgé d’à peine vingt ans, Gaudenzio n’en est pas moins titulaire la plupart du temps et reste deux saisons à Bergame, deux championnats plus que corrects pour le club nerazzurro (9ème puis 10ème), il deviendra même l’équipier d’un certain Adriano Bassetto la seconde année, une ancienne gloire de la Sampdoria.

Bernasconi va s'imposer comme le roc de la défense blucerchiata durant une décennie

Une Sampdoria qu’il rejoint durant l’été 1954 et dont il va devenir une bandiera puisqu’il demeurera au sein du club génois jusqu’au terme de la saison 1963/65. Onze saisons disputées, toutes en Serie A, des performances de qualité qui lui permettront même d’accrocher six sélections en Nazionale. Difficile de décrire un joueur qui a consacré la majeure partie de sa carrière à un seul club : pour de nombreux observateurs, Bernasconi n’avait pas le physique pour jouer au football, encore moins à haut niveau du fait de sa carrure trop large et d’un certain manque de centimètres (1m72 ; 83kg). Au final, c’est ce physique puissant qui va lui permettre de faire une belle carrière. Gaudenzio est peut-être un joueur robuste mais il est également très réactif et prend presque tous les ballons de la tête. Ses jambes sont tellement puissantes qu’elles lui permettent de sauter haut mais également de courir, sans cesse, sans faiblir, une vraie force de la nature qui ne semble pas faiblir au cours d’une rencontre. Très bon récupérateur mais également fin tacticien et très bon dans son placement sur le terrain, il est un vrai poison pour les joueurs adverses qui passent dans son secteur de jeu. Avec la Sampdoria, il confirme tout le talent qu’il avait laissé entrevoir à Vita Nova puis à l’Atalanta, affinant son jeu à haut niveau et progressant constamment au fil des saisons. Raison pour laquelle il fait ses débuts en Nazionale en 1956 lors d’un Italie-Brésil (3-0. Seulement six sélections pour ce joueur complet qui aurait certainement été sélectionné plus souvent s’il avait joué dans une des grandes équipes historiques du championnat. Resté fidèle à la Sampdoria, il regrettera peut-être à titre individuel de voir l’équipe blucerchiata n’être rien de plus à l’époque qu’une somme d’individualités incapables de faire les efforts suffisant les uns pour les autres pour la transformer en machine à gagner.

Bernasconi a cotôyé de bons joueurs comme Ocwirk ou Vicini (futur sélectionneur national de l'Italie)

Durant l’été 1964, il quitte la Sampdoria, un peu à la surprise générale, alors qu’il était encore au sommet, ayant décidé de ne pas vouloir faire ‘’la saison de trop’’. Son départ est un vrai crève-cœur pour les tifosi blucerchiati dont il était l’idole, sa générosité sur le terrain et son attachement aux couleurs du club l’ayant fait être adopté rapidement par la foule. Il décide de finir sa carrière en douceur du côté de Jesi, trois saisons en Serie C, en tant qu’entraîneur/joueur (alors que la Samp connaîtra la relégation en Serie B dés sa première année sans ‘’Orsacchiotto’’ (ours en peluche), son surnom donné par les tifosi doriani. Puis deux dernières saisons, en Serie D, à Urbino, avant de raccrocher définitivement les crampons au terme de la saison 1969/70, à trente-huit ans. Pour l’anecdote, Gaudenzio Bernasconi n’a jamais été expulsé ni même suspendu ne serait-ce que pour une seule rencontre au cours de sa carrière. Il a dit d’ailleurs à ce sujet : ‘’Pour moi, être correct sur et en-dehors du terrain a toujours été une règle de vie à adopter’’.

 

Lors d'une émission qui lui était consacrée en mai 2013 sur Sampwebtv

Gaudenzio Bernasconi se rappelle avec nostalgie de sa carrière blucerchiata...sur la gauche, la Samp de 1957 (Bernasconi est le second en partant de la droite parmi les joueurs accroupis).

Mise à jour le Samedi, 31 Janvier 2015 22:05
 
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2