Home
Il était une fois...Edwing ''Eddie'' Firmani Imprimer Envoyer
Mardi, 22 Octobre 2013 11:21

Il était une fois...Edwing ''Eddie'' Firmani

1955-1958 : 83 matches / 52 buts inscrits

De ses débuts à Charlton en passant par la Samp puis sa carrière d'entraîneur...

 

Edwing ‘’Eddie’’ Firmani (né le 07/08/1933 à Le Cap, en Afrique du Sud) est un ancien footballeur ayant par la suite entrepris une carrière d’entraîneur.

Petit-fils d’émigrés italiens en Afrique du Sud, Edwing débute sa carrière au sein du club de Clyde en 1949 avant de partir pour l’Angleterre et le club de Charlon dés l’été 1950. Il restera durant cinq saisons en Angleterre avant de rejoindre l’Italie et la Sampdoria pour un montant de 35000 sterling, un record à cette époque là pour le championnat anglais.

Firmani lors de ses premiers moments de gloire sous le maillot du club anglais de Charlton

Au terme du championnat 1954/55, l’équipe blucerchiata vient d’achever sa saison à une bonne neuvième place et le président Ravano décide de renforcer l’effectif en faisant signer Firmani en compagnie d’autres joueurs au profil intéressant. Un recrutement qui permet au club de finir sixième et Firmani de réussir ses débuts en inscrivant dix-sept buts pour une première saison en Serie A. “Tacchino freddo” (dinde froide), comme il était surnommé (Dinde pour sa façon de marcher. Froid parce qu’il marquait beaucoup de buts mais n’exultait presque jamais), égale même un record que détenait Adriano Bassetto en inscrivant un quadruplé sous le maillot blucerchiato lors d’une victoire 7-0 contre la Pro Patria (plus grosse victoire de l’histoire du club en Serie A). Pour info, Bassetto a réalisé deux quadruplés pour la Samp, en 1949 contre Venezia et Palermo. Deux autres joueurs ont inscrit un quadruplé dans l’histoire de la Samp, il s’agit de Sergio Brighenti, en avril 61 face à l’Inter (4-2) et de Mauro Icardi, le 27/01/2013 face à Pescara (6-0).

En 1956/57, Firmani inscrit douze buts en vingt-et-une rencontres et connait les joies d’une première convocation en Nazionale. D’ailleurs, ‘’Tacchino Freddo’’ (également appelé ‘’Chessman’’ pour sa ressemblance avec Caryl Chessman, condamné à mort d’Alcatraz), en marquant lors d’un Suisse-Italie du 11 novembre 1956 (1-1), devient le premier joueur blucerchiato à inscrire un but en Nazionale.

Eddie lors de ses quelques apparitions sous la tunique azzurra, dont le match contre la Suisse, en couleur (première sélection et premier but)

Lors de sa troisième et dernière année à la Sampdoria, le résultat collectif est décevant avec une douzième place finale mais d’un point de vue personnel, il y a peu à reprocher à Eddie, lequel est l’auteur de vingt-trois buts en trente-trois apparitions. Des performances qui attirent forcément l’attention des plus grands clubs du pays et c’est donc avec une certaine logique qu’il rejoint l’Inter durant l’été 1958, en échange d’une somme d’argent (155 millions de lires) ainsi que de Guido Vincenzi. Dans la Milan nerazzurra, Firmani restera également trois saisons et inscrira soixante-neufs buts en cent-trois rencontres.

''Tacchino freddo'' sous le plus beau maillot du monde...

 

 
Deux résumés de matches dans lesquels on peut apprécier un but signé Eddie Firmani, "il tacchino freddo".

De manière incompréhensible pour un joueur ayant inscrit cent buts en cent-quarante-et-une rencontres de Serie A, c’est du côté de la Serie B que Firmani poursuit sa carrière au terme de son aventure nerazzurra. En effet, durant l’été 1961, retour à Gênes, mais chez les rossoblù cette fois-ci, avec lesquels il remporte le championnat de Serie B (dix-sept buts inscrits) avant d’obtenir le maintien parmi l’élite la saison suivante (huit buts). Durant le mercato de 1965, il retourne à Charlton qui est alors pensionnaire de la division 2 anglaise : deux saisons dans son club anglais ‘’historique’’ avant deux saisons à Southend United en division 3 puis un rôle d’entraîneur/joueur en 1967/68 de nouveau à Charlton.

Firmani sous le maillot nerazzurro de l'Inter et rossoblù du Genoa

Au terme de sa carrière italienne, Firmani aura inscrit cent-huit buts en cent-soixante rencontres de Serie A et dix-sept buts en trente-trois matches de Serie B. On regrettera par ailleurs ses trois seules sélections en Nazionale tout au long de sa carrière, il est évident que son talent méritait mieux mais il a certainement payé son statut ‘’d’oriundo’’, joueur immigré d’origine italienne.

Firmani a donc également eu une carrière d’entraîneur, entamée en 1967, lorsqu’il débuta en temps qu’entraîneur/joueur de Charlton avant d’être entraineur à part entière jusqu’en 1970 et la relégation du club en troisième division anglaise. Après une pause de quelques années, on retrouve trace de Firmani aux Etats-Unis en 1975 lorsqu’il entraine le club tout juste créé de Tampa Bay Rowdies. Un championnat qui s’achève par la victoire finale en fin de saison, Firmani signant même une présence sur le terrain en cours de championnat, sa dernière présence officielle sur un terrain de football. Durant l’été 1977, il rejoint le club du New York Cosmos, club mythique des années 70 ayant compté dans ses rangs les anciennes stars mondiales telles que Pelé, Beckenbauer, Carlos Alberto… Trois saisons au club et deux titres de champion pour Eddie Firmani, l’expérience américaine est une réussite jusqu’à ce qu’une mésentente avec son joueur Giorgio Chinaglia lui coûte sa place (Firmani avait ‘’osé’’ le remplacer au cours d’une rencontre…).

Firmani lors de sa carrière d'entraîneur aux Usa

Par la suite, il enchainera les clubs américains jusqu’à la saison 1984 qui est la dernière du championnat US jusqu’à la reprise des matches en 1993 lorsqu’il fallut relancer le football en vue du Mondial 1994 qui se déroulait aux Etats-Unis. On retiendra qu’en 1990, durant la première Guerre du Golfe, alors qu’il entrainait le club de Kazma au Koweït (deux championnats et une Coupe du Golfe remportés), qu’il fut fait prisonnier durant trois mois à Bagdad par les troupes de Saddam Hussein avant d’être libéré. Il dira à ce sujet : ‘’Je voyais des morts partout, des gens tués sans motif, des scènes de torture. Franchement, je ne pensais pas m’en sortir. Je suis finalement parvenu à m’en tirer grâce à des contacts que j’avais avec la fédération irakienne de foot et à partir de ce moment là, j’ai pu retourner aux USA. Par la suite, il reprendra sa carrière américaine dans les années 90 sans trop de succès et connaîtra sa dernière année sur le banc en 1996, avec le club des New York Metrostars.

A gauche lors de ses dernières expériences d'entraîneur dans les années 90 et à droite une distinction reçue dans les années 2000 à Charlton

Par ailleurs, Firmani a écrit un livre, ‘’Football with the millionaires’’ en 1960, un livre qu’il est encore possible de trouver sur différents sites d’enchères principalement. Firmani est également l’un des rares joueurs à avoir inscrit plus de cent buts que ce soit en Italie ou en Angleterre. Enfin, on retiendra une petite anecdote qu’il avait dévoilé il y a quelques saisons : ‘’J’ai joué à Ferrara contre la réserve de la Spal lorsque j’évoluais au Genoa et je me rappelle qu’en entrant sur le terrain, un jeune joueur adverse d’environ dix-sept ans m’approcha, me demandant si c’était vrai que j’avais joué en Angleterre, me disant que ce serait un rêve pour lui d’y aller. Ce jeune joueur s’appelait Fabio Capello et quand j’ai entendu qu’il était nommé sélectionneur de l’Equipe Nationale Anglaise, je me suis souvenu de son rêve qui était devenu réalité’’. Eddie Firmani aura été un vrai globetrotter, un footballeur de talent qui aurait certainement mérité plus de succès au cours de sa carrière.

Firmani, un buteur exceptionnel tel qu'il est retenu à Gênes
 

Mise à jour le Samedi, 31 Janvier 2015 22:02
 
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2