Home
Il était une fois...Alberto Ravano Imprimer Envoyer
Vendredi, 23 Août 2013 12:02

Il était une fois...Alberto Ravano

 

 

Alberto Ravano (né à Gênes en 1896, décédé le 05/02/1970 à Monaco) était un armateur également connu pour avoir été le quatrième président de l’Histoire de la Sampdoria. Surnommé ‘’Il Comandante’’, il était le propriétaire d’une flotte navale et était admiré et apprécié pour sa franchise, ses compétences managériales et son sérieux. Entre 1953 et 1961, il tiendra les rênes de la Sampdoria, club dont il fera franchir des paliers importants, le faisant passer d’équipe moyenne à club ambitieux. Il reste encore aujourd’hui l’un des trois plus grands présidents de l’Histoire de la Sampdoria en compagnie de Paolo Mantovani et Riccardo Garrone, le plus grand dans l’absolu avec Mantovani, ayant dû partir de rien – ou presque – pour faire de la Sampdoria un club qui compte en Italie et l’ayant fait devenir au fil des années un club aimé par de plus en plus de génois.

Durant l’été 1953, le président de la Samp, Aldo Parodi quitte son poste : malgré ses grands discours lors de son arrivée au club, le niveau de celui-ci n’aura cessé de chuter au cours de sa ‘’prise de pouvoir’’, finissant par lutter pour son maintien lors des dernières journées. Il est remplacé par Alberto Ravano (qui eut un passé de conseiller au sein du Genoa entre 1919 et 1921) dont l’énorme ambition dont il fait preuve engendre l’arrivée d’un grand nombre de nouveaux tifosi, des supporters qui se mettent à rêver en voyant les nombreuses recrues intéressantes et de qualité rejoindre l’équipe blucerchiata : au cours de ces années, on notera ainsi les arrivées de Gaudenzio Bernasconi, Mario Tortul, Azeglio Vicini et également du buteur Edwing Firmani, recruté pour soixante millions de lires à Charlton dans un premier temps. Puis, au fil des années, des joueurs tels qu’Ernst Ocwirk, Tito Cucchiaroni, Lennart Skoglund, Guido Vincenzi ou encore Sergio Brighenti viendront rejoindre l’effectif da la Samp.

Alberto Ravano fera également en sorte de faire connaitre la Sampdoria au niveau international en participant par exemple à la première édition de la ‘’International Soccer League’’ à New York durant l’été 1960 et également en organisant une rencontre amicale face au FC Barcelone, un match remporté 4-0 par les blucerchiati. Une préparation qui s’avèrera idéale puisque l’année suivante, le club atteindra la quatrième position, sa meilleure place alors, se qualifiant ainsi pour la Coupe d’Europe pour la première fois de son Histoire avec un effectif expérimenté surnommé ‘’les petits vieux sympathiques’’, effectif entrainé par Eraldo Monzeglio, ancien défenseur double champion du monde avec l’Italie en 1934 et 1938. Au cours de cette même saison 1960/61, Sergio Brighenti finira même capocannoniere de Serie A (28 buts)…ce qu’aucun autre blucerchiati ne fera jamais avant Gianluca Vialli en 1990/91.

Alberto Ravano, à gauche, lors de la remise du prix à Brighenti pour son titre de meilleur buteur en 1960/61.

Malgré son ambition, Ravano avait l’habitude de vendre ses meilleurs joueurs aux clubs importants du pays et de recruter les joueurs écartés par ces mêmes clubs. Ainsi, Sergio Brighenti n’était rien d’autre qu’un joueur sur lequel ne misait plus l’Inter lorsqu’il signa à la Samp, tout comme le furent Vincenzi (ex-Inter), Bergamaschi ou Cucchiaroni (tous deux ex-Milan). Les tifosi blucerchiati ne supportaient pas cette politique mise en place par le président, surtout les ventes du jeune Bruno Mora, formé au club, à la Juventus, ainsi que d’Eddie Firmani à l’Inter ou encore Benito Sarti (à la Juventus également) et le lui faisaient savoir.

Après réflexion avec sa famille, Alberto Ravano décida de passer la main durant l’intersaison suivant cette quatrième place finale. Ainsi s’acheva l’une des plus belles ères de l’Histoire Blucerchiata. Son successeur fut Glauco Lolli Ghetti, lequel sera président de 1961 à 1965 puis de 1974 à 1978, des années qui seront de plus en plus difficiles pour la Sampdoria, le club redevenant rapidement un postulant au maintien et rien de plus.

Alberto Ravano aimait la Sampdoria et ses joueurs, il aimait être proche de ceux-ci, il se rendait dans les vestiaires avant et après les matches, parfois même à la mi-temps afin de les motiver, leur promettant parfois des primes en cas de résultat positif. C’était un instinctif, quelqu’un de généreux, un ‘’président supporter’’ qui avait besoin d’être freiné par son entourage, in primis Edmondo Costa, son bras droit, lequel était le responsable du recrutement et qui faisait également en sorte que son ami ne dilapide pas toute sa fortune dans le club, étant donné qu’il avait l’habitude de remettre de l’argent de sa poche pour continuer à le faire grandir tout en compensant les faibles rentrées d’argent dues en partie à une affluence moyenne pour l’époque (18500 de moyenne), le club étant encore jeune et associé alors à la périphérie de Gênes. D’autres avaient du mal à supporter son franc-parler, lui qui n’hésitait pas à dire ce qu’il pensait quitte à blesser ses interlocuteurs. Lors d’un Samp-Juventus, alors que Mora, tout frais bianconero, venait de commettre une grosse faute, Alberto Ravano cria comme un fou dans les tribunes. L’Avvocato Agnelli lui répondit ‘’Il vient de chez vous, c’est vous qu’il l’avez formé ainsi, il a été à bonne école !’’. Ce à quoi Ravano répliqua ‘’Chez vous il s‘est perfectionné, parce qu’en terme de coups bas, vous, vous êtes l’Université’’ !

Le 5 février 1970, Alberto Ravano décède, le quatrième infarctus dont il est victime au cours des dernières années lui est fatal. A sa mémoire, en 1984, Paolo Mantovani donnera son nom à un tournoi qui porte encore son nom aujourd’hui, ‘’Il Torneo Ravano’’, tournoi pour les jeunes des écoles élémentaires ligures, fondé sur les idéaux du jeu, de l’amitié et du sport. Il est aujourd'hui le tournoi scolaire le plus important d'Europe. Après l’annonce de son décès, la Gradinata Sud lui rendra un dernier hommage en affichant une banderole ‘’Alberto Ravano, nous ne t’oublierons pas’’.

A gauche, Eraldo Monzeglio, l'entraineur des premières grandes heures blucerchiate, Alberto Ravano au centre et à droite, Edmondo Costa, son bras droit, manager du club.
 

Mise à jour le Lundi, 09 Février 2015 18:58
 
Vos dernières réactions
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2