Home
Il était une fois...Sergio Brighenti Imprimer Envoyer
Samedi, 31 Janvier 2015 10:53

Il était une fois…Sergio Brighenti

1960-1963 : 95 matches / 43 buts

Sergio Brighenti (né le 22/09/1932 à Modène) est un ancien footballeur italien (puis entraîneur) qui évoluait au poste d’attaquant. Il est actuellement le président d’honneur du club de sa ville, Modena. A noter que son grand frère, Renato, lui aussi footballeur, est encore en janvier 2015 le meilleur buteur de l’Histoire de Modena avec quatre-vingt deux réalisations. Enfin, Sergio Brighenti est le premier joueur de l’Histoire de la Sampdoria à avoir fini ‘’capocannoniere’’ (meilleur buteur de Serie A) durant la saison 1960/61 (28 buts). La qualité principale de Brighenti était sa conquête du ballon, la protection de balle qui suivait et la précision et puissance de sa frappe.

Formé à Modena, à un poste de milieu de terrain offensif prolifique, Sergio y effectue ses débuts en tant qu’attaquant en Serie B en 1949/50 en disputant une rencontre. Il restera deux saisons supplémentaires, inscrivant 19 buts mais ne pourra pas permettre à son club de retrouver l’élite. Ses bonnes performances attirent l’attention des clubs de l’élite et l’Inter, qui reste sur une troisième place en Serie A, décide de s’attacher les services de ce jeune attaquant de 20 ans. Son jeu d’avant-centre complet, doté d’un bon sens du but et d’une certaine capacité à jouer pour le reste de l’équipe font voler en éclats les derniers doutes à son sujet et les lombards font donc le pari de la jeunesse pour compléter leur arsenal offensif. En 1952/53, il ne participe qu’à quatre rencontres, sans marquer, mais obtient le Scudetto en fin de saison. Lorsqu’il se remémore cette première saison, il évoque ceci au moment d’évoluer au sein d’un effectif composé de stars : ‘’Je devais me taire et porter les valises des autres joueurs. Il n’y avait pas de banc de touche à l’époque donc soit tu jouais soit tu allais en tribunes. J’ai dû attendre la seconde année pour jouer régulièrement’’. La saison suivante, neuf buts en quinze rencontres et un nouveau Scudetto viennent garnir son palmarès. Malheureusement, alors que son nom fait partie des probables pour faire partie de la Nazionale en vue du Mondial, il se blesse à l’aine et manque le rendez-vous mondial en Suisse. Il restera une troisième et dernière saison au sein du club nerazzurro (21 matches/11 buts ; 8ème en Serie A) mais son passage à Milan, mis à part les deux Scudetti accumulés, s’avèrera un semi échec, Brighenti étant utilisé comme joueur de complément, l’Inter ne comptant pas entièrement sur lui et misant principalement sur Benito Lorenzi, Gino Armano, István Nyers ou encore Lennart Skoglund. A noter que le 03/01/1954, le match Inter-Palermo (4-0) est le premier match de football dont des images furent diffusées à la télévision italienne, lors de la première édition du programme "La Domenica Sportiva" qui existe encore de nos jours. Brighenti, auteur de trois buts ce jour-là, est le  premier joueur interviewé au bord du terrain et le premier invité de l'émission phare du football italien.

 

Sergio Brighenti lors de son passage à l'Inter, ponctué de deux Scudetti (1952/53 et 1953/54)

Durant l’été 1955, il rejoint la Triestina, équipe de seconde partie de classement. Il restera deux saisons au sein du club de Trieste, obtenant le maintien lors du premier exercice malgré une fin de saison marquée par une longue série de défaites. Lors du second exercice, la Triestina connaît de nouveau une fin de saison difficile et ne réussit pas à se sauver cette fois-ci. Auteur de treize buts en deux ans, Brighenti tarde à confirmer les bonnes choses que l’on pense de lui même s'il sait se faire remarquer comme lors de son but face à Milan en 1956.

 

Avec la Triestina, il bute sur Pin face à la Samp en 1956 (0-0)

Durant l’été 1957, à 25 ans, il rejoint Padova, le club entraîné par Nereo Rocco, l’un des entraîneurs à la base du précepte du catenaccio à…la Triestina quelques années plus tôt, réussissant l’exploit de finir second du championnat 1947/48, derrière le ‘’Grande Torino’’ (Pour information, Nereo Rocco remportera avec l’AC Milan 2 Scudetti, 2 Coupe des Clubs Champions, 2 Coupe des Vainqueurs de Coupes, 3 Coupe d’Italie, 1 Coupe Intercontinentale). Rocco, surnommé ‘’el paròn’’ (le patron), voit en effet en Brighenti l’attaquant idéal pour son équipe, celui capable au mieux de concrétiser les contre-attaques de sa formation. Rocco aura également un impact sur l'hygiène de vie de Brighenti, si jusqu'alors le jeune attaquant mangeait tout et n'importe quoi, sur les conseils de son nouvel entraîneur, il suit un régime strict qui lui permet de perdre du poids et gagner en explosivité. Pour sa première saison au club biancorosso, en 1957/58, Brighenti inscrit onze buts et son équipe atteint une historique troisième place finale, meilleur classement en Serie A de l’Histoire de Padova. Les deux saisons suivantes, le club (8ème puis 5ème) et Brighenti (18 puis 21 buts) confirment leurs bons résultats. Les bonnes performances individuelles de Brighenti lui permettent de faire également ses débuts en Nazionale en mai 1959 (Angleterre-Italie 2-2).

 
(Regarder à partir d'une minute et trente secondes)

Sergio Brighenti au moment de l'envol de sa carrière lors de son passage à Padova, sous les ordres de Nereo Rocco

 
Rencontre Angleterre-Italie du 06/05/1959, première sélection, premier but et premier italien buteur à Wembley

Sergio Brighenti lors de ses premières sélections en Nazionale

Après trois saisons de bonne facture, il rejoint la Gênes Blucerchiata durant l’été 1960, venant compléter un effectif de qualité mis en place par le président Alberto Ravano. Au moment de son arrivée à la Sampdoria en 1960/61, il est décrit ainsi par la presse sportive : ‘’Il est au sommet de sa carrière, il atteint la maturité physique, technique et mentale nécessaires afin de devenir l’un des meilleurs attaquants de sa génération et est devenu un danger constant pour les défenses adverses. Il arrive sur tous les ballons, court, lutte avec enthousiasme et possède un tir puissant qui laisse peu d’espoirs aux portiers de Serie A’’. Sa première saison à Gênes est fantastique, il finit meilleur buteur de Serie A avec 27 buts et son équipe obtient une quatrième place historique, le meilleur classement de sa jeune Histoire à l’époque avec, en point d’orgue d’un point de vue individuel, les quatre buts inscrits à l’Inter d’Helenio Herrera lors d’une victoire 4-2 des blucerchiati dans un Luigi Ferraris en feu. Il faudra attendre 1997/98 pour voir un autre joueur, Oliver Bierhoff, inscrire autant de buts que lui sur une saison de Serie A. On notera aussi son triplé pour sa première rencontre en blucerchiato, lors d’une victoire 3-1 face à la Fiorentina, champion d’Italie en titre ! (doc n°1, doc n°2). A noter également la belle victoire blucerchiata en fin de saison face à la Juventus (3-2), laquelle s'apprête à remporter le Scudetto.

 

Brighenti, ancien interiste, bat les nerazzurri à lui seul avec un quadruplé historique en 1960/61 (Samp-Inter 4-2)

Cette saison là fût paradoxalement amère pour Sergio, lequel l’évoquait ainsi en 2012 : ‘’Pour une injustice, je perdis d’un seul coup le prix du sportif de l’année, la Nazionale et mon retour à l’Inter’’. Il fait alors référence à un match Juve-Inter, arrêté à 2-0 en faveur des nerazzurri pour cause d’envahissement du terrain, et fait rejouer. L’Inter, en signe de protestation, envoya son équipe de jeunes, laquelle s’inclina 9-1. ‘’Ainsi, Sivori marqua six buts, ceux qui lui suffisaient pour me devancer dans la course du ‘’trophée d’or Caltex’’ du meilleur rapport nombre de matches disputés/buts inscrits et lui permirent également de remporter le Ballon d’Or 1961. Pour être sûrs de leur coup, ils ont même cherché à me faire retirer un but mais les images tv me permirent de le conserver’’. Umberto Agnelli, président de la Fédération et de la Juventus chercha à récompenser Brighenti afin de le ‘’dédommager’’ en lui offrant une coupe identique à celle de Sivori. ‘’Suite à cet incident, les rapports entre la Samp et la Fédération devinrent tendus et les blucerchiati furent écartés de la Nazionale afin d’éviter tout risque de tension entre les joueurs des deux équipes. Au final, je dus renoncer à retourner à l’Inter, n’ayant pas le courage de quitter Gênes dans ces conditions (Les nerazzurri avaient offert une grosse somme au Président Ravano mais ce dernier la refusa ; Brighenti ne voulut pas aller au clash avec ses dirigeants comme cela se fait aujourd’hui)’’.

Sergio face à la Roma, au Genoa, la Juventus...et recevant son trophée de meilleur buteur de la Serie A 1960/61

Il restera deux saisons supplémentaires avec les couleurs blucerchiate sur le dos, sans connaître la même réussite (9 puis 7 buts), freiné par un reposionnement tactique (régulièrement utilisé en tant que milieu offensif), des soucis personnels et une grave blessure aux côtes lors d’un match amical contre Botafogo, celle-ci le tenant écarté des terrains plusieurs mois, le club replongeant alors dans le ventre mou du classement de Serie A. Toujours en 2012, Brighenti évoquait son départ de la Genova Blucerchiata : ‘’J’ai dû quitter la Sampdoria car mon père était gravement malade, il était en train de mourir et je voulais être à ses côtés, je ne cesserai jamais de remercier les dirigeants de la Samp pour ce qu’ils ont fait pour moi’’.

A gauche, Brighenti aux côtés de Jorge Toro (premier joueur chilien à avoir évoluer en Italie); à droite, aux côtés de Guido Vincenzi, bandiera doriana

A 31 ans, durant l’été 1963, Brighenti retrouve son club formateur qui, malgré onze buts de sa part, ne parvient pas à éviter la relégation en Serie B en fin de saison en s’inclinant au ''spareggio'' (barrage) 2-0 face à…la Sampdoria ! (Spareggio Sampdoria-Modena: doc n°1, doc n°2, doc n°3, doc n°4). Brighenti effectua une dernière pige, sous les couleurs du Torino, en 1964/65, le temps d’un Derby della Mole perdu 3-0 en novembre 1964.

Sergio Brighenti lors de son retour à Modena puis lors de sa pige au Torino

Dans sa carrière de joueur, Brighenti remporta donc deux Scudetti avec l’Inter Milan puis un titre de meilleur buteur avec la Sampdoria tout en collectionnant neuf sélections en Nazionale du temps de ses passages à Padoue et Gênes (2 buts dont le premier d’un italien à Wembley). Après sa carrière de joueur, Sergio s’engagea dans une carrière d’entraîneur sans succès significatif si ce n’est son rôle de bras droit d’Azeglio Vicini tout d’abord en Under 21 puis lorsque ce dernier tenait les rênes de la Nazionale entre 1986 et 1990. Il est aujourd’hui le président d’honneur du club de sa ville natale et de ses grands débuts dans le football professionnel, Modena. Egalement, il exerce au poste de sélectionneur national de la "Nazionale Master", équipe affiliée à la Fédération Italienne de Football, composée d'anciennes gloires de la Nazioanle âgées de 34 à 45 ans environ.

Brighenti dans son après carrière, adjoint d'Azeglio Vicini en Nazionale, sélectionneur de la Nazionale Master et Président d'Honneur de Modena

Sergio Brighenti est un personnage emblématique du football italien des années 60, il restera à jamais associé à la Sampdoria grâce à son championnat 1960/61 qui le verra récompensé du titre de Capocannoniere (il faudra attendre Gianluca Vialli en 1990/91 pour qu'un autre joueur sampdoriano remporte ce titre honorifique). Il a parfaitement sa place parmi les plus grands joueurs de l'Histoire du club blucerchiato puisqu'il en a écrit l'une des plus belles pages lors de son passage à Gênes. Sergio Brighenti, au début des années 1990, se décrivait ainsi : ‘’J’étais un attaquant moderne pour l’époque, j’étais un mix de Gianluca Vialli et de Roberto Mancini. J’étais opportuniste comme Giancarlo, j’étais rapide et puissant pour profiter de la moindre opportunité dans la surface de réparation. Mais je me retrouve également en Mancini, ce n’est pas pour rien que j’ai également été utilisé en milieu de terrain lors de ma dernière année à la Sampdoria’’.

 
Vidéo de l'interview de Sergio Brighenti par SampTV en avril 2013

Grande Brighenti!

Mise à jour le Mercredi, 04 Février 2015 12:34
 
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2