Home Zoom sur la saison 19' journée: La Jeune Blucerchiata s'en va battre la Vieille Dame
19' journée: La Jeune Blucerchiata s'en va battre la Vieille Dame Imprimer Envoyer
Dimanche, 06 Janvier 2013 18:58

Il y a des défaites qui vous coupent toute inspiration, vous empêchent de trouver les mots justes pour expliquer le ressenti ce que l’on a vu sur le terrain…mais il y a aussi des victoires qui vous prennent aux tripes et qui bloquent votre cerveau au moment où vous chercher des mots pour définir ce que vous venez de vivre. Le foot, au-delà du business qu’il est devenu, c’est avant tout une histoire de sensations, d’émotions, qu’elles soient positives ou non. Ce soir, nous, tifosi doriani, sommes aux anges. Notre Sampdoria a commencé de la meilleure des manières l’année 2013. Elle a non seulement pris trois points importants dans la lutte acharnée pour le maintien en Serie A, mais elle a surtout remporté loin de ses terres une très belle rencontre face au leader du championnat, la Juventus. Une Juventus qui n’avait toujours pas perdu un match de Serie A avec Antonio Conte sur le banc il y a un an et demi (la défaite face à l’Inter ayant eu lieu durant sa suspension). Et, cerise sur les gateau, pour les ‘’romantiques’’ du Calcio, Angelo Palombo effectuait aujourd’hui son retour dans l’équipe après plus de six mois au placard.

Pour ce match, Delio Rossi, qui met en place un 3-5-2, récupère in-extremis Sergio Romero dans les buts. Devant lui, la défense se compose de Costa à gauche, Gastaldello à droite…et Palombo défenseur central ! Au milieu, on retrouve la jeune garde Obiang-Poli-Krsticic avec Estigarribia et Berardi sur les côtés. Devant, nous retrouvons Eder et le boudeur de la semaine, Icardi, lequel était fort mécontent d’avoir été empêché par la Samp de se rendre en équipe nationale Under 20 argentine. Antonio Conte présente lui aussi un 3-5-2 pour son équipe. Buffon est titulaire dans les buts ; Barzagli, Bonucci et Peluso tiennent la défense. Padoin, Pogba, Pirlo, Marchisio et De Ceglie peuplent l'entrejeu, derrière le duo d'attaque Matri - Giovinco.

Après dix minutes d’un pressing incessant, la Vieille Dame s’offre fort logiquement la première action du match : Padoin efface Poli et sert Giovinco en retrait, seul au point de penalty. Le but semble tout fait mais le lutin bianconero voit sa frappe sans contrôle passer au-dessus de la barre transversale blucerchiata (11ème). A la 18ème, c’est la Sampdoria qui se crée une grosse opportunité de but : le ballon, mal dégagée par l’arrière garde turinoise, revient dans les pieds de Poli à l’entrée de la surface mais sa frappe, trop peu puissante, n’inquiète finalement pas Buffon. Deux minutes plus tard, un contre de la Juve part à toute vitesse, à la conclusion de celui-ci, Giovinco se retrouve esseulé dans la surface, il pivote et frappe pour ce qui devrait être l’ouverture du score…mais Sergio Romero se transforme alors en Thomas Price (Genzo Wakabayashi pour les puristes) et stoppe la frappe d’une seule main. Le portier argentin effectue une minute plus tard une nouvelle belle parade sur une tentative de De Ceglie côté gauche (21ème). Dans les secondes qui suivent, Berardi va commettre une faute aussi stupide qu’inutile en faisant chuter Marchisio dans la surface alors que celui-ci était dos au but. Penalty indiscutable transformé par Giovinco malgré le beau plongeon de Sergio Wakabayashi… (23ème).

La réaction des doriani est immédiate puisqu’Eder égalise en profitant d’une sortie hasardeuse de Buffon mais le but est invalidé pour une présumée faute d’Icardi sur le gardien de la Nazionale (27ème). Deux minutes plus tard, Pirlo se joue de la défense blucerchiata mais sa tentative est stoppée de justesse par Genzō Romero, le ballon ne franchissant pas la ligne entièrement pour quelques centimètres…à peine le temps de souffler que Berardi commet une nouvelle faute, stupide, inutile, dans le camp adverse, en taclant sévèrement De Ceglie. Second carton jaune et expulsion pour le blucerchiato, la Samp évolue donc à dix (30ème). Les hommes de Delio Rossi vont contrôler leurs adversaires sans trop de soucis durant les minutes suivantes et auraient même dû revenir à la parité numérique lorsque Bonucci est seulement averti pour un coup de coude dans le visage d’Icardi (37ème). Ils vont même passer à quelques centimètres de l’égalisation : à la 43ème, Pirlo, qui peut se permettre d’invectiver les arbitres à tout bout de champs ou faire des fautes grossières sans être sanctionné d’avertissement ou expulsion, tacle Poli de manière irrégulière à l’entrée de la surface. Estigarribia voit sa frappe échouer à quelques centimètres de la lucarne gauche de Buffon, lequel aurait été impuissant pour le coup.

A la mi-temps, le match s’annonce compliqué avec une équipe menée et réduite à dix chez le champion d’Italie en titre et actuel leader de la Serie A. Delio Rossi effectue un changement à la pause en faisant rentrer De Silvestri en lieu et place d’Estigarribia, plutôt bon lors des quarante-cinq premières minutes, mais touché physiquement et change de schéma tactique, évoluant désormais en 4-3-2 avec une défense centrale de ‘’vieux briscards’’ Palombo/Gastaldello et un milieu ‘’ligne verte’’ Krsticic/Obiang/Poli. Après sept minutes de jeu en seconde période, les blucerchiati, bien rentrés dans le match en effectuant un bon pressing, égalisent par l’intermédiaire d’Icardi ! Krsticic lance le jeune argentin en profondeur, celui-ci devance Peluso et frappe en première intention et Buffon commet une faute de main ! 1-1 et tout est à refaire pour les turinois (52ème).

Voyant que rien ne se passe comme prévu, Conte tente le tout pour le tout en faisant rentrer Quagliarella et Vucini mais dans les secondes qui suivent cette double entrée en jeu, c’est la Samp qui passe tout près du second but ! Eder, très remuant côté droit, se joue des défenseurs bianconeri et centre au second poteau sur Poli qui est complètement isolé. Celui-ci tente alors une reprise de volée du droit mais, comme très très souvent avec Poli, sa frappe n’est pas cadrée (62ème). Deux minutes plus tard, le même Eder remonte tout le terrain dans un contre supersonique, une chevauchée maradonesque en prenant les défenseurs de la Juve pour des plots, malheureusement, sa frappe, manque de puissance et est surtout destinée aux bras de Buffon. Quatre minutes plus tard, ce que l’on sent venir depuis quelques minutes se passe devant nos yeux émerveillés…ou non, que l’on soit tifoso blucerchiato ou bianconero : La Sampdoria prend l’avantage par l’intermédiaire d’Icardi ! Nouveau contre blucerchiato mené par Obiang, lequel attend le dernier moment pour servir Icardi sur la droite, celui-ci prend ses appuis fusille Buffon du droit en angle fermé et en pleine lucarne ! (68ème).

Quatre minutes plus tard, Vucinic est proche d’égaliser sur une remise de Quagliarella, mais sa frappe puissante, à quelques mètres des buts de Romero, frappe la barre, rebondit devant la ligne, avant d’être dégagée. Quatre minutes plus tard, on prend les mêmes et on recommence : Quagliarella remet pour Vucinic qui se jette mais voit le ballon passer à ras du poteau blucerchiato (76ème).

Dans le dernier quart d’heure, Delio Rossi fait rentrer du sang frais en remplaçant Eder et Krsticic par Munari et Tissone. Tactique défensive qui, comme c’est rarement le cas dans le foot, s’avère payante puisque la Sampdoria, malgré des assauts répétés de la Juventus, tiendra le choc tant bien que mal et remportera ce succès qui lui fait tant de bien au classement.

Une victoire avec de la réussite certes, mais obtenue en terre turinoise, en infériorité numérique. Une victoire qui a mis en avant un collectif important, une envie commune de se battre les uns pour les autres, chose qu’on n’avait plus eu l’occasion de voir ces derniers temps du côté de la Gênes blucerchiata.

Une victoire signée Mauro Icardi, le ‘’prodige’’ argentin, lequel aura boudé ces dix derniers jours pour avoir été empêché d’aller en Under 20 argentine. Peut-être comprendra-t-il ce soir qu’un doublé contre la Juventus fera plus pour sa carrière qu’une participation à un tournoi quelconque avec l’Under de son pays.

Une victoire, enfin, avec Angelo Palombo sur le pré, les couleurs blucerchiate sur le dos. La Rédaction de TifoSamp a toujours pris la défense du ‘’Gladiatore’’, jugeant le traitement qu’il subissait injuste, manque clairement de classe et non digne de la Samp, du ‘’Style Sampdoria’’. Ce retour en grâce aujourd’hui fera plaisir à tous les amoureux du foot et aux fans du joueur.

Victoire…une émotion que l’on espère encore vivre à de nombreuses reprises durant les dix-neuf batailles qu’il nous reste afin de sauver notre place en Serie A. Savourons ce soir et laissons Delio Rossi motiver ses troupes pour la prochaine rencontre difficile qui nous attend…l’AC Milan ! Ensuite, il sera temps de rattraper le temps perdu au moment d’affronter tous nos concurrents directs qui nous ont tant fait mal sous l’ère Ferrara…

JUVENTUS-SAMPDORIA 1-2 (1-0)
Buteurs:
Giovinco (J) 23′, Icardi (S) 52′ & 68′.
Juventus (3-5-2): Buffon; Bonucci, Barzagli, Peluso; Padoin, Pogba (Giaccherini 71′), Pirlo, Marchisio, De Ceglie (Vucinic 61′); Matri (Quagliarella 61′), Giovinco. A disposition: Storari, Branescu, Marrone, Isla, Caceres, Vidal. Entraîneur: Conte
Sampdoria (3-5-2): Romero; Gastaldello, Palombo, Costa; Berardi, Obiang, Poli, Krsticic (Tissone 80′), Estigarribia (De Silvestri 46′); Eder (Munari 76′), Icardi. A disposition: Berni, Da Costa, Castellini, Mustafi, Poulsen, Rossini, Renan, Savic. Entraîneur: Rossi
Avertissements: Berardi (x2), Poli, Krsticic, Romero, Icardi (S), Pogba, Bonucci, Peluso, Pirlo (J)
Expulsion: Berardi 30’ (S)

BONNE ANNEE 2013 A TUTTI ! :-)

Mise à jour le Lundi, 07 Janvier 2013 21:25
 
Derniers résultats

30/10 - Verona - Sampdoria (20h45)
26/10 - Sampdoria - Atalanta 1-0
20/10 - Livorno - Sampdoria 1 - 2
06/10 - Sampdoria - Torino 2 - 2